Découverte : 3 raisons bénéfiques de dire des gros-mots régulièrement.

On a souvent tendance à penser que les personnes qui disent beaucoup de gros-mots sont vulgaires. Ceux qui jurent souvent sont souvent perçus comme grossiers, voire pas très intelligents. Mais cela pourrait être complètement faux. Car de récentes études ont levé le voile sur l’utilisation des gros-mots. 

Shutterstock

1. Un signe d’intelligence

Une étude conduite par des psychologues au Marist College a montré que les personnes qui jurent souvent sont celles qui manient le mieux la langue anglaise. Lors de l’expérience, deux tests de langues ont été menés : l’un s’intéressait à la maîtrise de la langue et l’autre concernait l’utilisation fréquente de gros-mots. On demandait aux participants de penser au plus de mots possible commençant pas une certaine lettre de l’alphabet en une minute. Les résultats ont montré que les participants qui avaient les scores les plus élevés dans le test des gros-mots avaient également les scores les plus élevés dans la maîtrise de la langue. En comparaison, ceux qui avaient peu de vocabulaire pour les gros-mots en avaient aussi peu pour la langue courante. 

annie

L’expérience a démontré que le fait de jurer ne reflète donc en rien une déficience de  l’intelligence. Au contraire, dire des gros-mots semble être un trait du langage qu’une personne peut adopter à son gré pour avoir un impact plus important en terme de communication. 

2. Un anti-douleur naturel

Richard Stephens, un psychologue de l’université de Keele, a démontré que dire des gros-mots pouvait accroître la tolérance à la douleur. Il a demandé à 66 participants de plonger leurs mains dans une eau glacée. Au début, ils répétaient des gros-mots pour essayer de réprimer la douleur causée par l’eau gelée. Les mêmes participants ont recommencé ensuite le même test, mais en répétant cette fois-ci un mot neutre. 

shutterstock

Il s’est avéré qu'en disant des gros-mots, les participants étaient capables de supporter la douleur de la glace plus longtemps. La glace leur a également semblé moins froide. Lors de l’expérience, Richard Stephens a remarqué que le rythme cardiaque des participants avait augmenté de manière plus importante lors du premier test, ce qui signifie que jurer active une “réaction de lutte ou fuite” et intensifie l’agression. 

Avión jodido

Pour l’anecdote, de nombreux pilotes de ligne qui se sont crashés ont répété des gros-mots dans leurs derniers instants. Même si c’est un exemple extrême, il soutient les résultats des tests de Richard Stephens. 

3. Se sentir plus fort

Le docteur Richard Stephens a conduit une autre expérience. Il a cette fois travaillé avec deux groupes de participants, tous âgés de 19 à 21ans. On a demandé aux participants de relever un défi en vélo de 30 secondes et de faire ensuite “grip test” (un test de serrage) pendant 10 secondes. Comme dans l’autre expérience : chaque groupe a fait le test deux fois : la première fois, les participants pouvaient dire des gros-mots ; la deuxième fois, ils ne devaient utiliser que des mots neutres. 

L’étude a montré que le pic de puissance des participants ayant juré avait augmenté de 24 Watts en moyenne. Lors du “grip test”, les participants qui ont dit des gros-mots ont boosté leur puissance de plus de 2 kg. 

Indoor cycling

On peut se demander si le fait de crier n’a pas joué un rôle clé dans leur performance : souvent on imagine que le fait de hurler en accomplissant une tâche difficile va booster notre puissance. Mais cela n’a pas été le cas. Alors comment ont-ils pu améliorer leur performance ? “C’est tout à fait la raison pour laquelle il reste à découvrir les effets des gros-mots sur la force et la tolérance à la douleur”, explique le docteur Stephens. 

shout

Ces études ont montré une autre facette des gros-mots. Ils ne sont pas un signe d’un manque de vocabulaire, bien au contraire ! Et en plus, ils peuvent vous aider lors de vos performances sportives si vous voulez tester votre force ! Ça vaut le coup d’essayer ! 

Ce site n’est pas destiné ou apte à remplacer, compléter ou démentir les conseils, examens, traitements, diagnostics, etc. des médecins, pharmaciens, psychothérapeutes et/ou tout autre professionnel de santé.

Commentaires

Également féroce