De l'huile de coco pour baisser l'apport calorique du riz

Tout plat principal digne de ce nom a besoin d’un accompagnement. Par exemple, que serait un curry indien sans le riz ? Réponse : un plat à moitié bon. Mais comme tout accompagnement, le riz est plein d’amidon, substance que le corps transforme directement en sucre (glucose) et donc qui est responsable de tous les kilos superflus. Mais, voici une simple astuce qui peut vous permettre de changer la donne.

Tout commence dès le début de la préparation : avant de faire bouillir votre riz, ajoutez une cuillère à soupe d’huile de coco dans la casserole.

Youtube/LeslieBarnes

Ajoutez ensuite la quantité de riz souhaitée et laissez chauffer. Mélangez de temps en temps.

Youtube/LeslieBarnes

Ajoutez maintenant la quantité d’eau nécessaire (deux volumes d’eau pour un volume de riz).

Youtube/LeslieBarnes

Mélangez le tout, puis :

Youtube/LeslieBarnes

Mettez le couvercle en place et dès que l’eau bout, baissez les plaques au niveau de cuisson le plus bas.

Youtube/LeslieBarnes

5-6 minutes après, éteignez le feu. La chaleur restante est suffisante pour finir la cuisson du riz.

Youtube/LeslieBarnes

Lorsque le riz n'accroche plus à la fourchette, alors la cuisson est terminée. Grâce à l’huile de coco, l'apport calorique du riz est réduit de moitié. Tentez l'expérience : vous serez bluffé !

Youtube/LeslieBarnes

L'explication est simple : en ajoutant l’huile de coco, les glucides présents dans le riz se sont transformés en amidon résistant que le corps humain ne peut pas digérer complètement. Ainsi, l'amidon est transformé en énergie. L’apport calorique est donc réduit tandis que le goût et la saturation restent les mêmes.

Voici la vidéo pour retrouver cette astuce en images (en anglais) :

Un bon repas avec un apport calorique réduit de moitié ? Cela doit même être meilleur et tout le monde peut s'en donner à cœur joie !

Ce site n’est pas destiné ou apte à remplacer, compléter ou démentir les conseils, examens, traitements, diagnostics, etc. des médecins, pharmaciens, psychothérapeutes et/ou tout autre professionnel de santé.

Commentaires

Également féroce