7 conseils pour réagir correctement à une crise de colère

Il y a une infinité de raisons pour lesquelles les enfants se mettent en colère. De la mauvaise couleur de la paille au pain mal coupé au dîner, en passant par les ordres des parents demandant de ne pas sauter dans les flaques d'eau avec les chaussures en tissu.

Vers 1 an et demi, on entre dans ce qu'on appelle la phase de défi et cette dernière se termine seulement approximativement au début de la quatrième année de vie. Pendant ce temps, les enfants essaient de se détacher de leurs parents et de faire leurs premiers pas vers l'indépendance. 

Alors qu'avant un "non" clair était suffisant pour éloigner les petits des trous d'une prise, par exemple, les parents se voient maintenant confrontés à une nouvelle situation et à un nouveau comportement de leur enfant : des crises de colère souvent accompagnées de pleurs et de hurlements !

pint_einleitung

Même si cette phase est considérée comme positive pour le développement de l'enfant, elle n'en reste pas moins très difficile pour de nombreux parents. Le monde émotionnel de l'enfant leur semble si étrange qu'ils ne savent souvent pas comment réagir correctement.

Qu'est-ce qu'une crise de colère ?

Les enfants développent leur personnalité et leurs propres envies pendant cette phase. Une crise de colère, par exemple, est une crise émotionnelle particulièrement persistante et impulsive par laquelle l'enfant tente d'affirmer son souhait ou son opinion. La colère est donc l'expression de l'affirmation de soi naissante de l'enfant.

pint_einleitung2

Les déclencheurs ? Souvent des situations dans lesquelles les enfants sont limités dans leurs propres efforts ou leurs attentes ne sont pas satisfaites ou qu'ils ne comprennent pas le sens d'actions qui se déroulent à un moment précis. 

Comme les enfants de cet âge n'ont pas encore pris la distance nécessaire par rapport à leurs émotions, ces dernières remontent à la surface dans un accès de colère. L'enfant est littéralement submergé par la colère, la frustration et l'impuissance. Les cris et les pleurs ne sont pas seulement des signes de colère, ils servent aussi à réduire le stress. Des discussions raisonnables ou des arguments logiques ne servent à rien dans tels moments.

pint_einleitung3

Cependant, lors d'une crise de colère, les parents devraient toujours être conscients que de telles crises sont un comportement inconsidéré de l'enfant. Elles ne mettent pas l'accent sur la contradiction, mais sur le renforcement de l'indépendance. Par conséquent, la première règle pour tous les parents doit être : rester calme ! Crier sur votre enfant n'aide pas du tout ! Bien au contraire, vos cris entraîneront d'autant plus les leurs... 

Les 7 conseils suivants vont vous aider à faire face à une crise de colère.

1) Faites preuve de compréhension !

Faites preuve de compréhension à l'égard des sentiments de votre enfant et prenez-le au sérieux. Mettez-vous à genoux pour parler à votre progéniture. Regardez-le directement dans les yeux et parlez-lui. Notez, cependant, que certains enfants ne supportent pas le contact physique dans une telle situation.

Faites comprendre à votre enfant que vous pouvez entendre, voir et comprendre ses sentiments et expliquez-lui pour il est si en colère et impuissant. Des phrases comme : "Je vois que tu..." ou : "Je peux bien comprendre que tu es en colère" sont un bon début pour s'adresser à l'enfant. Essayez de mettre les mots juste sur ce qu'il ressent et aidez-le à comprendre et à nommer ses sentiments.

Cela ne calmera pas toujours l'enfant immédiatement. Mais de cette façon, il apprendra à mieux gérer ses sentiments à l'avenir.

pint1

2) Soyez patient !

Maîtrisez vos propres frustrations et tensions pendant une crise de colère.

Si cela ne fonctionne pas et que vous n'avez plus de patience, prenez le temps de vous calmer. Levez-vous ou quittez la pièce et inspirez et expirez profondément avant que la colère, le désespoir et l'impuissance ne débordent. Les menaces et les représailles hâtives, voire les coups, ne devraient jamais être un moyen de faire respecter les intérêts des parents et de ramener un enfant à la raison.

Si les crises s'accumulent et usent gravement votre patience, vous trouverez de l'aide auprès d'un centre de consultation pédagogique. 

Erziehungsberatungsstelle. 

3) Essayez de distraire votre enfant !

Les crises de colère sont très embarrassantes, surtout en public. Dans un tel cas - par exemple dans la file d'attente d'une caisse - vous pouvez essayer une petite manœuvre de distraction. Demandez peut-être à votre enfant de vous aider à mettre les courses sur le tapis roulant et faites-en une petite compétition, "le premier qui a fini de mettre toutes les courses sur le tapis a gagné." 

Surtout dans les premiers stades d'une crise de colère, la distraction aide souvent à empêcher la colère d'éclater. Les petits jeux amènent habituellement les enfants à réfléchir rapidement et ils font des choses qu'ils n'auraient peut-être pas voulu faire auparavant. 

pint3

4) Remettez la situation en question !

La ligne de démarcation entre l'indépendance et la négligence est fine. D'une part, il est naturel de vouloir soutenir son enfant, mais d'autre part, on veut le protéger des dangers qu'il ne peut pas s'estimer. C'est comme ça que la tension monte, quand l'enfant rejette toute interdiction.

Remettez donc en question votre propre réaction calmement. Était-il nécessaire d'interdire quelque chose à votre enfant dans cette situation ? Avez-vous dit non parce que quelque chose allait à l'encontre de vos idées ou parce que vous vous attendiez à un non dans cette situation ? Ou avez-vous dit non par conviction parce que vous vouliez protéger votre enfant de quelque chose ? Cherchez la cause, parce que vous pourrez peut-être éviter une telle crise la prochaine fois.

5) Ayez votre mot à dire !

Donnez à votre enfant une voix adaptée à son âge. 

S'il ne veut pas mettre sa veste en hiver, demandez-lui plutôt ce qu'il veut porter et proposez-lui d'autres vêtements chauds. S'il ne se calme toujours pas, ne partez pas sans explication. Cela ne fera qu'effrayer votre enfant et ne l'aidera guère dans une telle situation. Restez avec lui et attendez qu'il se calme tout seul.

pint5

6) Ne discutez pas !

Les enfants qui font une crise de colère ne remarquent presque rien de ce que vous leur dites. Faites donc des remarques aussi brèves et claires que possible. Si rien de ce que vous avez dit ne pénètre quand même dans l'esprit de votre enfant, attendez avec lui que la crise passe et réconfortez-le après. Ensuite, vous pouvez discuter calmement ensemble pour résoudre la situation et le problème.

7) Restez cohérent et transparent !

Restez cohérent, mais compréhensible, malgré l'accès de rage de votre enfant. Les enfants ont besoin de lignes directrices qu'ils peuvent suivre dans la vie. Pour qu'ils puissent comprendre pourquoi certaines choses sont permises et d'autres non. Des phrases comme : "Ne pose pas de questions" ou : "Parce que c'est comme ça" ne devraient jamais être utilisées comme arguments. Cela ne fait qu'embrouiller votre enfant qui se demande comment il doit réagir face à certaines situations.

Cependant, il ne devrait pas avoir l'impression que tout se passe comme il le veut. Non doit rester non. Sinon, vous entrerez encore plus souvent en conflit avec votre enfant parce qu'il ne comprendra pas qu'il ne peut pas faire respecter sa volonté à l'aide de crises de colère.

pint7

La bonne nouvelle, c'est que la phase de défi n'est pas permanente. Et même si les enfants vous mettent parfois au défi, ils grandissent avec chaque conflit. Ils apprennent et acquièrent de la confiance en soi. Alors, gardez votre sang-froid, même si c'est dur. En fin de compte, vous finirez par être fier de votre enfant qui sera capable de bien gérer les conflits et de trouver ses propres solutions.

Un petit tuyau :

Si votre enfant fait une crise de colère et qu'une balançoire se trouve à proximité, mettez-le dessus et laissez-le se balancer pendant 10 minutes. Cela stimule l'organe d'équilibre de l'oreille interne, qui est responsable de l'équilibre mental.

Ce site n’est pas destiné ou apte à remplacer, compléter ou démentir les conseils, examens, traitements, diagnostics, etc. des médecins, pharmaciens, psychothérapeutes et/ou tout autre professionnel de santé.

Commentaires

Également féroce