Santé : un tatouage pour contrôler son diabète

Selon un rapport rédigé il y a deux ans par la Fédération Internationale du Diabète (FID) située à Bruxelles, plus de 400 millions de personnes souffrent de diabète dans le monde. Environ 90% d’entre eux ont un diabète de type 2 et selon le même organisme, plus de personnes meurent du diabète que du Sida, de la tuberculose et de la malaria combinés.

piqûre dans le ventre probablement pour le diabèteAndrey_Popov/shutterstock

Les diabétiques doivent garder un œil constant sur leur niveau de sucre dans le sang. Les malades doivent en général se piquer le doigt avec une sorte de seringue pour analyser une goutte de leur sang. Mais dans le futur, on pourrait ne plus avoir besoin de ça et il suffirait de regarder son bras pour savoir si on a besoin d’une injection d’insuline.

lecteur de glycémie sur le doigt pour contrôler son taux de sucre dans le sangFahkamram/shutterstock

Des scientifiques de l’Institut de Technologie du Massachusetts (Massachusetts Institute of Technology - MIT) et Harvard travaillent actuellement sur une projet nouveau et créatif. Un jour, celui-ci pourrait permettre la vérification du niveau de sucre, du pH ou du sodium dans le sang en utilisant un tatouage biosenseur.

Les chercheurs ont développé un type d’encre spécial qui change de couleur en fonction du niveau de sucre, de sodium ou de la valeur du pH dans le corps. Si, par exemple, votre niveau de sucre dans le sang commence à monter, la couleur de l’encre qui détecte le glucose passe du bleu au brun. Si la valeur du pH change, l’encre passe alors du rose au violet. Quant au sodium, elle deviendra verte sous une lumière des ultraviolets. 

Les produits chimiques de l’encre biosensible, connue sous le nom de ‘DermalAbyss’, ne réagissent pas avec le sang. Ils répondent en fait aux changements du liquide interstitiel qui remplit l’espace entre les capillaires sanguins et les cellules. C’est ici que l’on trouve l’eau, les ions et les substances dissoutes telles que le sel, le sucre, le gras, les acides aminés et les hormones.

Xin Liu du MIT fait remarquer que cette technologie n’en est encore qu’aux prémices de son développement. L’encre a pour le moment seulement été testée sur de la peau de cochon, très similaire à celle des humains, et pas sur des êtres vivants.

Liu souligne également qu’il reste encore beaucoup d’incertitudes à lever avant de pouvoir utiliser cette encre sur la peau d’êtres vivants. Il y a toujours des recherches à mener sur les allergies, la fiabilité sur le long terme ou encore la précision du procédé.

Il faudra encore beaucoup de temps avant de lancer le produit sur le marché, mais la technologie utilisée apporte enthousiasme et ouvre à de nombreuses autres possibilités. Les personnes avec du diabète nous écrivent pour nous dire : ‘Je veux l’essayer.’ ” renchérit Liu.

L’encre biosensible peut être utilisée comme de l’encre de tatouage normal. Tout ce qu’il faut est de donner le motif que l’on souhaite. Au-delà de son attrait scientifique, beaucoup seront surtout intéressés par les caractéristiques esthétiques et artistiques du tatouage.

Pour les scientifiques, l’important reste de se concentrer sur le patient et de lui apporter plus de facilité, de sûreté et de précision quant au contrôle de sa santé. Espérons que les chercheurs parviennent à mener le projet à sa fin et qu’ils puissent ainsi rendre la vie de millions de personnes un peu moins compliquée.

Ce site n’est pas destiné ou apte à remplacer, compléter ou démentir les conseils, examens, traitements, diagnostics, etc. des médecins, pharmaciens, psychothérapeutes et/ou tout autre professionnel de santé.

Commentaires

Également féroce